Le guide de votre bien-être à domicile

Paléofitness

Actualités

Quelques idées pour un menu paléo

Dans le régime paléo, vous devez surtout manger des viandes maigres, du poisson, des fruits de mer, des œufs, des fruits et légumes frais, des graines et des fruits à coque. D’autres aliments peuvent aussi être consommés avec modération comme l’huile végétale bio, le thé, le café ou encore les boissons alcoolisées. En revanche, dans un régime paléo, vous devez éviter tous les produits transformés du commerce (ex. : charcuterie, conserve, biscuit, soda), les produits laitiers, les céréales et leurs dérivés (ex. : pain) et les viandes grasses. Conseil minceur : pour éviter de « craquer totalement », autorisez-vous 1 ou 2 repas avec des aliments « interdits » par semaine. Cela ne vous empêchera pas de perdre des kilos tout en limitant le risque d’effet yo-yo.

Pour un petit-déjeuner minceur et gourmand, misez sur un smoothie au lait de coco, banane et framboises, accompagné d’une poignée de noix.

Pour le déjeuner : salade composée au poulet grillé et fraises aux graines de sésame en dessert.

Pour le dîner : potage au potiron suivi de saumon en papillote aux épinards. Un fruit frais en dessert.

A noter : en cas de fringale, rien ne vous interdit de prendre un en-cas dans le régime paléo. Misez sur un fruit frais (ex. : pomme) ou un peu d’amandes, de noix, de noisettes…

Prise de poids et ménopause: un régime paléo s'impose

Selon une récente étude de la Umeå University (en Suède), le régime paléo permettrait en réalité une perte de poids significative chez les femmes après la ménopause.
Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs suédois ont travaillé avec 70 volontaires, des femmes ménopausées dotées d'un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 27 - ce qui correspond à un surpoids.
Verdict ? Au bout de 2 ans, les chercheurs ont constaté une perte de poids de 9 kilos en moyenne chez les participantes ayant adopté des habitudes alimentaires « paléo ». En outre, le taux de graisse abdominale de ces femmes avait également diminué de manière significative, réduisant ainsi leurs risques de subir une maladie cardiovasculaire.
« Chez ces femmes, la perte de poids se faisait de manière saine et durable, remarque Caroline Blomquist », principal auteur de ces travaux. Le régime Paléo, ça vous tente ? Attention : un avis médical s'impose avant de se lancer - notamment pour éviter les carences.

Les Pour et les Contre du régime Paléo

Le concept du régime paléolithique est basé sur un retour aux sources et au mode de vie de nos ancêtres. C’est une alimentation excluant les produits industriels et privilégiant les aliments naturels, les fruits et les légumes. Le mode de vie paléo comporte de nombreux avantages tels qu’un impact sur le poids et la forme physique mais il a également  des inconvénients.

Avec une alimentation majoritairement constituée de fruits et de légumes riches en fibres, une alimentation paléo garantie une sensation de satiété tout au long de la journée. Et qui dit satiété, dit moins de grignotage.Les adeptes du mode de vie paléolithique, pratiquant par ailleurs une activité physique régulière, décrivent tous une sensation de bien-être et disent se sentir en pleine forme !En adoptant le régime paléo, il est possible de perdre entre 2kg et 5kg par mois selon les cas.Le mode de vie paléolithique permet de réduire les risques de développer des maladies cardiovasculaires.

Problème, certains aliments essentiels sont volontairement proscrits. A commencer par les céréales (riches en fibres et nombreuses vitamines…) et les légumineuses (riches en fer, magnésium, protéines, folates, potassium…).

Autres produits mis de côté : les produits laitiers. Ici c’est le risque de carence en calcium (et dans une moindre mesure en vitamine D) qui est à pointer du doigt. Mais des chercheurs suédois vont plus loin. En s’intéressant au régime de femmes ménopausées, ces scientifiques de l’Université de Göteborg se sont aperçus que celles suivant une diète paléo souffraient d’une carence en iode, un oligo-élément indispensable pour la synthèse des hormones thyroïdiennes. N’oublions pas que, chez les femmes enceintes, il participe au développement ainsi qu’à la croissance du cerveau chez le fœtus et le nouveau-né. Or comme le rappel l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), « le lait et les produits laitiers sont les aliments qui contribuent le plus à l’apport total en iode de la population ».L’alimentation paléo présente un apport en vitamine D insuffisant.Le régime paléo expose à des risques liés à une consommation excessive de produits animaux.

Régime paléo: la tendance se veut ancéstrale

Pour les adeptes du régime paléolithique, plus couramment appelé régime paléo, le génome humain n’aurait pas été capable de suffisamment évoluer pour s’adapter aux changements alimentaires.
La tendance paléo est donc née d’un ras-le-bol des aliments industriels, mais aussi d’une volonté d’adopter une alimentation et un mode de vie plus sains et plus naturels.

Les fruits et les légumes bio ou provenant d’une agriculture raisonnée constituent une grande partie de l’alimentation paléolithique. Ce régime exclut les produits céréaliers et laitiers, mais aussi les légumineuses et le gluten. Ces produits sont jugés trop « modernes » en raison des colorants, des conservateurs et autres produits chimiques qu’ils contiennent.

L’idée du régime paléolithique est de revenir à l’alimentation de nos lointains ancêtres qui étaient des chasseurs-cueilleurs. En clair, effectuer un retour vers une alimentation naturelle, en excluant les produits industriels. L’idée est séduisante, puisqu’en consommant fruits, légumes, viandes ou poissons, on fait le plein de vitamines, fibres, protéines… En privilégiant certains aliments sains et fermant la porte aux sodas et autres sucreries,  cela permettrait en effet de limiter les risques d’obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires…

Les meilleurs sports à pratiquer pour le printemps

1. La marche : pouvant être pratiquée n’importe où, n’importe quand, la marche active la circulation sanguine  et elle est idéale pour admirer les arbres qui bourgeonnent!
2.      Le vélo : ressortez votre vélo et faites travailler vos cuisses, vos fessiers et votre cœur en pédalant dans l’air vivifiant du printemps.
3.      La randonnée pédestre : évadez-vous du quotidien et communiez avec la nature tout en travaillant votre endurance et en vous oxygénant au maximum finie, l’hibernation!
4.      Le rafting : excellent antistress, le rafting développe également la coordination et l’endurance  et les crues printanières sont les meilleures amies des amateurs de sensations fortes!
5.      La course : courir est l’exercice parfait pour reprendre de l’énergie, décompresser et mieux dormir et les températures ni trop chaudes ni trop froides du printemps s’y prêtent à merveille.
6.     L’équitation : partez à l’aventure en pleine nature avec votre monture pour améliorer votre musculature! Le contact avec les chevaux est également reconnu pour ses nombreux bienfaits psychologiques.
7.      L’escalade : rien de tel que l’escalade pour solliciter tout votre corps prêt à atteindre de nouveaux sommets et à découvrir d’incroyables paysages?
Au printemps, la neige s’attarde encore dans certaines régions… voilà l’occasion rêvée de dévaler les pentes sans se geler le bout du nez!

Sport en plein air : de nombreux bienfaits

Vous voulez commencer à faire du sport et vous hésitez entre sport en indoor ou en plein air ?
Voici quelques arguments qui vont vous convaincre de laisser la salle pour les activités sportives outdoor :
•    Vous vous ennuyez trop à rester enfermé pendant une ou deux heures, seul ou sous la conduite d'un coach ? Sortez et emmenez votre tapis de sport avec vous, allez dans un jardin public ou dans un parc et faites vos exercices dehors, surtout lorsqu'il fait beau.
•    Les bienfaits du sport en plein air sont multiples. C'est un moment qui doit être propice à la détente et au bien-être, alors autant privilégier une proximité avec la nature, là où vous pouvez allier l'utile à l'agréable en vous adonnant à votre activité favorite tout en profitant du paysage.
•    Faire un jogging ou sortir à vélo en plein air vous aide à brûler plus de calories que de rester en salle. Les espaces aérés font travailler d'avantage les muscles, ce qui va rendre l'exercice plus profitable. De plus, certaines recherches ont prouvé l'efficacité du sport outdoor à chasser le stress.

Le régime Paléolithique ou manger à l’ère des cavernes

Manger comme au temps du Paléolithique exclut tous les produits céréaliers et laitiers, mais aussi toutes les légumineuses, les légumes riches en amidon comme la pomme de terre, les viandes grasses, le sel, le sucre et bien sûr tous les produits transformés et les boissons gazeuses. Comme nos ancêtres chasseurs cueilleurs, on adopte viandes maigres, volailles, poissons, fruits de mer, des fruits et légumes pauvres en amidon et toutes les sortes de noix et de graines (amande, tournesol, etc.). Le régime paléo peut faire perdre jusqu'à 1 kilo de graisse par semaine.
De la viande maigre et du poisson à volonté, crus ou cuits avec le moins possible de matière grasse. Des fruits et des légumes de saison à tous les repas. Des fruits secs ou des graines en cas de fringale. Éviter en revanche les céréales et les laitages (les hommes du paléolithique ne connaissaient pas l’agriculture), le sel, les sucreries et les aliments transformés (industriels). Arrêter de manger lorsqu’on est rassasié et, pendant son temps libre, au lieu de regarder un match à la télévision, aller faire de l’activité physique. « Plus qu’un régime, il s’agit d’un programme pour réapprendre à mieux manger et retrouver la forme, affirme Caroline Terral, responsable de projets chez Hachette Pratique. En France, les gens ne sont pas fans des diètes farfelues ou compliquées, mais ils sont préoccupés par leur santé, ils recherchent les causes des maladies et se soucient de plus en plus de leur bien-être - les femmes comme les hommes. »

Le Paléofitness : une pratique d’origine française

Erwann Le Corre est le Français à l'origine de cette méthode. Il y a 6 ans, il quitte la France et son bois de Vincennes pour s'installer à Santa-Fe, au Nouveau-Mexique. Sa méthode paléo-fitness baptisée "MovNat" en anglais ("natural movement") séduit grâce aux stages d'une semaine qu'il propose en pleine nature aux Etats-Unis ou en Thaïlande.


On laisse tomber les machines, les objets connectés et les poids à soulever. L'idée est de mettre le corps en mouvements en produisant des gestes naturels, idéalement pieds nus, comme nos ancêtres qui fuyaient ou chassaient le bison : marcher, courir, sauter, s'équilibrer, rampe, grimper, lever, porter, lancer, attraper, nager ou encore se défendre en faisant le moins d'efforts possibles. Les exercices visent à donner une silhouette svelte et harmonieuse.

Même si la pleine nature est le cadre privilégié d'entrainement pour explorer toutes sortes d'obstacles, la pratique du paléo-fitness trouve sa place dans des salles de gym. Les adeptes y apprennent par exemple à marcher en quadrupédie sur 100 mètres, à soulever des poids et des charges de différentes formes, à courir pieds nus, chercher l'équilibre, sauter des obstacles, grimper dans les arbres...